Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles

Historique des rencontres de 2004 à 2007

1. Les débuts :
À l’initiative de la SMAI et du CNRS, et avec le soutien de la SMF, la première demi-journée industrielle a eu lieu le 7 mai 2004 à l’Institut Henri Poincaré. Elle était organisée avec l’entreprise GENSET et portait sur les méthodes pour trouver les gènes impliqués dans certaines maladies.
Après l’exposé du problème par GENSET, des chercheurs du laboratoire dirigé par B. Prum, coordinateur de cette rencontre, ont présenté des approches nouvelles. Une centaine de mathématiciens et de biologistes ont participé à cette réunion. Il a fallu attendre un an pour que reprennent ces journées organisées par P. Lascaux, nouveau vice-président de la SMAI chargé des relations industrielles. Depuis le rythme est d’environ trois rencontres par an.

2. Les objectifs :
L’objectif principal est de présenter aux mathématiciens des axes de recherche dans un domaine spécifique (voir ci-dessous) pour lesquels les mathématiques jouent ou pourraient jouer un rôle essentiel. Le but est de motiver les (jeunes) mathématiciens à s’investir dans des recherches liées à des applications dans différents secteurs économiques.
Le tableau suivant résume les sept premières rencontres :

Thème de la rencontreDateNombre de participantsIntervenants
Gènes pathogènes7 mai 200490GENSET, CNRS
Médecine2 juin 200560IMAG, DOSISOFT, ELA MEDICAL, GE, PHILIPS, CEA
Finance16 novembre 2005150CA.AM, CALYON, IXIS.AM, SOFINCO, X, INRIA, Europlace
Agroalimentaire4 avril 200625INRA, ENSIA, ADRIA, CEMAGREF, SCC
Aéronautique et espace9 juin 2005100 AIRBUS, AIR-FRANCE, ALCATEL, EADS, CNES, DASSAULT, SAFRAN, ASTRIUM
Aéroacoustique16 novembre 200660EADS, ECL, EDF, ENSAM, ONERA, PSA
Environnement29 mars 200770ENPC, EDF, INRA, Météo France, RHEA

3. L’organisation :
On remarque que la participation a été assez variable avec un maximum pour le thème de la Finance qui avait attiré un grand nombre de chercheurs des milieux professionnels concernés (banques, assurances, sociétés de crédit...).
À l’opposé la rencontre sur l’Agroalimentaire, un thème pourtant novateur, s’est malheureusement tenue le 4 avril 2006... Jour des grandes manifestations anti-CPE.
Toutes les rencontres ont eu lieu l’après-midi à l’Institut Henri Poincaré, sauf celle sur l’Aéronautique et l’Espace qui s’est, très naturellement, tenue à l’Université de Toulouse. Du coup, elle s’est étalée sur la journée entière et a bénéficié, avec un plus grand nombre d’intervenants, d’une assistance importante. On pourrait prendre comme règle générale d’essayer d’organiser chaque année l’une des réunions en province.
Depuis la 7e rencontre l’INRIA fait partie des organisateurs.

4. Les retombées :
Au cours de ces journées, toutes les présentations, malheureusement trop courtes, ont été jugées très intéressantes par les auditeurs en illustrant bien les domaines variés où interviennent ou pourraient intervenir les mathématiques.
Le but de ces rencontres étant de faciliter la coopération entre des mathématiciens et des industriels ou des grands laboratoires publics, il faudra juger les retombées dans la durée. Par exemple, à la suite de la journée sur l’agroalimentaire, une collaboration s’est établie entre le laboratoire J.-L. Lions et une équipe de l’INRA à Reims et on espère en obtenir d’autres
Des améliorations sont à apporter sur deux points :
- la participation des jeunes est insuffisante. Il faudrait que les responsables des laboratoires ou des écoles doctorales incitent plus activement leurs jeunes chercheurs à assister à ces rencontres. La SMAI va faire une diffusion des informations sur des listes mieux ciblées en cours de constitution.
- le nombre d’intervenants réellement industriels est parfois trop faible dans certaines branches. Les industriels sollicités, soit par manque de temps, soit par crainte de ne pas pouvoir faire des présentations d’un niveau mathématique suffisant, nous renvoient sur des équipes universitaires avec lesquelles ils coopèrent déjà. Je pense qu’il faut viser d’avoir au moins la moitié d’intervenants qui soient des industriels.

5. La diffusion :
Au début, nous avons demandé aux intervenants de nous autoriser à mettre sur le site de la SMAI les présentations électroniques qu’ils ont utilisées ; ce que nous avons fait et elles sont consultables.
Depuis la quatrième rencontre sur l’Agroalimentaire, nous enregistrons en vidéo les interventions qui peuvent être vues en différé.
À partir de la septième rencontre sur l’Environnement, nous nous efforçons d’assurer également une retransmission en direct.


Accueil du site | Contact | Coordonnées | Plan du site

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC